Mots-clefs

, , , , , , , ,

Souvent, lorsque je passe devant un kiosque de presse parisien, je remarque ces pubs faites par des hebdomadaires à tendance politique comme Le Nouvel Observateur, L’Express, Le Point, Marianne…, et je me demande si cela leur rapporte quelque chose.

Certes, tout dépend de l’actualité : si elle est « porteuse » (de journaux) ou pas. Ainsi, la dernière « une » du « Nouvel Obs’ » (« Les dossiers qui menacent Sarkozy » aurait été plus juste comme titre) est-elle mise en valeur sous le nez du piéton, du cycliste, du motard ou de l’automobiliste.

(Photo : Paris, 22 septembre, place de la Répubique. Cliquer pour agrandir.)

Il est vrai que « les affaires », tel que le décompte en est établi cette semaine dans l’hebdo de Jean Daniel, commencent singulièrement à encombrer l’entourage et l’élyséen roitelet® lui-même : Christine Lagarde (« les indemnités » accordées à Bernard Tapie), Karachi (« les sacoches » d’argent liquide révélées publiquement par la belle Hélène), Robert Bourgi (« les mallettes » de la Françafrique), Liliane Bettencourt (« les enveloppes » distribuées à des hommes politiques dont l’un fréquentait assidûment Le Bristol à Paris), Frédéric Péchenard (« les fadettes » d’un journaliste du Monde enquêtant sur la même affaire Bettencourt, espionnées sur ordre du DG de la police nationale), Eric Woerth (impliqué dans « les fonds » dispensés par la milliardaire citée plus haut et dans la vente « au galop » de l’hippodrome de Compiègne…). La liste n’est pas close.

Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur, doit cependant croire à l’efficacité de la pub (sinon, pourquoi en ferait-il ?), en plus des coups de pouce de l’actualité : il se félicite lui-même, dans la livraison du 22 au 28 septembre, que la nouvelle formule (lancée le 6 mai),  rénovant le support papier et le site Internet, ait ainsi vu les ventes au numéro bondir de 18 % par rapport à la même période en 2010 et que 5,1 million de visiteurs aient fréquenté lenouvelobs.com en juillet, soit 36 % d’augmentation par rapport au même mois de l’année précédente.

Alors, si de plus en plus de Français s’intéressent à la politique – on parle même d’une élection présidentielle prévue en mai 2012 ! – c’est un signe encourageant pour la démocratie, tant que les journaux font leur manège et leur musique sur les kiosques de presse ou sur les écrans des micro-ordinateurs, tablettes et téléphones…, et si les journalistes peuvent continuer à enquêter librement.

Dans cette perspective, un déferlement de l’armée rouge n’est plus à exclure, l’année prochaine, jusque dans le quartier des Champs-Elysées.

(Photo prise le même jour : cliquer pour agrandir.)

(György Ligeti, Atmosphères)

Publicités