Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

N’en déplaise à un Jean-François Copé complètement à côté de la plaque, et obligé de répéter, hier soir sur France 2, les « éléments de langage » déjà récités avant lui par Henri Guaino sur France Inter, les scores atteints par les « primaires citoyennes » sur l’ensemble du territoire national ne sont pas à « relativiser » ni à comparer avec les 37 millions de votants comptabilisés pour la dernière élection présidentielle.

Car les résultats sont frappants : au premier tour, François Hollande est en tête (39 % des voix), suivi de Martine Aubry (31 %) récupérant un soutien de poids, et d’Arnaud Montebourg (17 %) qui fait une percée fulgurante, puis de Ségolène Royal (7 %), Manuel Valls (6 %) et Jean-Michel Baylet (qui se dépêche, avec seulement 1 %, d’aller prendre un petit remontant).

« Seulement quatre Français sur cent » ont voté, profère le falot conducator de l’UMP : il ne sait pas encore par combien sera multiplié ce chiffre (environ deux millions et demi de Français ont été voter dimanche) en mai 2012.

Mais peu importe. Un minuscule roi nous sera bientôt donné – passons enfin aux choses sérieuses ! – et déjà la France attendrie se penche sur son berceau acheté sans doute dans une boutique chic du 16ème arrondissement, pas loin de la clinique de la Muette située… rue Nicolo.

Ainsi la vie continue et la politique se marre ou se mire dans les flaques.

Les jeux socialistes ne sont décidément pas faits : il importe de sortir la longue-vue.

(Photo : les Champs-Elysées, le 5 octobre. Cliquer pour agrandir.)

Publicités