Mots-clés

, , , , ,

CRACHIN MINABLE

 

Du ciel invisible (la nuit est tombée à 18 heures)

crachin minable

sur le pare-brise balayé en cadence

feux blancs feux rouges feux blancs

pompiers inassouvis

lampadaires courbés comme des serviteurs obséquieux

panneaux réfléchissant à deux fois

cohortes des voitures fantômes et silencieuses

sans conducteurs repérables au nord

véhicules amphibies sur autoroutes croisées

en signes de Toussaint

asphalte aspirée jusqu’à l’étouffement des asphodèles

la fourmilière se hâte à 70 puis à 90 km/h

le soir balance à toute volée son encensoir fumant

et Dieu est un simple CDD

l’obscurité navigue dans le manichéisme

la vitesse relative la transperce d’un trait de tir à l’arc

chaque automobiliste se transforme en tireur ou en cible circulaire

les carrosseries ont revêtu la même couleur uniforme

les ponts succèdent aux ponts

comme des enjambements de géants

et de grosses têtes

carnaval nocturne du bitume devenu tapis roulant

dans la foire d’empoigne de la circulation mortelle

le manège c’est tous les jours

pas comme la ducasse bariolée

ni l’océan auquel il n’est donné d’âge qu’en littérature

(Photo prise le 30 novembre. Il est permis d’agrandir.)

(Sonny Rollins, Silk N’ Satin)

Publicités