Mots-clés

, , , , , , , , ,

L’autre jour, gare de l’Est, je suis tombé dans ce genre de réflexion : où est réellement cachée la clé du coffre-fort ?

(Photo : près de la gare de l’Est, Paris, le 6 décembre. Cliquer pour ouvrir.)

Quand on voit les agences de notation et leur « triple A » (qualité certifiée « andouillette ») faire ici et là-bas la pluie et le beau temps, alliées aux « marchés » dont les mains invisibles tripotent en tous sens les Etats, leurs chefs et leur politique frileuse, on se remémore cette analyse de Karl Marx (Le manifeste du Parti communiste, 1847, UGE 10 x 18 N° 5, 1972, pages 21 et 22) :

« La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Là où elle prit le pouvoir, elle détruisit toutes les relations féodales, patriarcales, idylliques. Tous les liens complexes et variés qui unissaient l’homme féodal à ses supérieurs naturels, elle les a brisés sans pitié pour ne laisser d’autre lien entre l’homme et l’homme que le froid intérêt, les dures exigences du « paiement comptant ». Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité à quatre sous dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange et à la place des nombreuses libertés si chèrement acquises, elle a substitué l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, aride.

La bourgeoisie a dépouillé de leurs auréoles toutes les activités qui passaient jusqu’alors pour vénérables et que l’on considérait avec un saint respect. Médecin, juriste, prêtre, poète, homme de science, de tous elle a fait des salariés à ses gages.

La bourgeoisie a déchiré le voile de sentiment et d’émotion qui couvrait les relations familiales et les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent. »

(Photo : cliquer pour comparer.)

François Baroin, le ministre au look « ado prolongé », avec ses yeux cernés par des « valises » comme François Fillon (mimétisme du pouvoir ?), nous la baille belle en niant, sur ordre, qu’un troisième « plan de rigueur » soit préparé, après avoir affirmé que ce ne sont pas les « agences de notation » qui font la loi dans l’économie dont il porte le faix sans encore, pour le moment, défaillir.

(Lemonde.fr d’hier. Le tag a été rajouté. Cliquer pour augmenter la notation.)

L’Italie, après la Grèce, et en attendant la France, se serre la ceinture, sous les ordres des spécialistes débauchés de chez Goldman Sachs. Il ne reste plus qu’à rêver de leurs voitures et scooters dans lesquels la beauté vibrait librement, sans que leurs concepteurs aient dû rendre des comptes aux margoulins de la finance internationale.

Le futurisme était une esthétique, le capitalisme n’est qu’un vulgaire éréthisme.

(Photo : Lancia Fulvia, hier, rue Perrée, Paris, 3e. Cliquer pour démarrer.)

(Ornette Coleman, Turnaround)

Publicités