Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

Si l’on compte bien, Nicolas Sarkozy a présenté le 31 décembre 2011 ses derniers vœux pour le Nouvel an aux Français (après ceux de 2007, 2008, 2009, 2010) : il aura été ainsi jusqu’au top niveau de son quinquennat finissant.

Un peu d’originalité aurait été pourtant bienvenue (j’ai échappé à la diffusion télé ou radiodiffusée) pour rendre plus attractif cet exercice fastidieux : par exemple, parader devant les caméras avec Carla – comme fin 1975 Valéry Giscard d’Estaing avec Anne-Aymone – et la chanteuse-« Première dame » aurait tenu sur ses genoux la petite Giulia, c’étaient des voix supplémentaires assurées pour l’élection présidentielle du 6 mai prochain.

Contentons-nous alors d’un bref retour en arrière, il paraît que le bougre aurait voulu dramatiser la situation mais il a annoncé en même temps qu’il n’y aurait pas de « plan de rigueur » cette année – comme le prouvent, d’après Le Figaro, toutes les augmentations de prix qui nous pendent au nez.

(Capture d’écran du monde.fr. Le tag a été rajouté. Cliquer pour agrandir.)

Alors, comme l’écrit ce matin François Hollande, si la gauche prend le tournant qu’il faut, si elle ne se trompe pas de cible et si certains de ses francs-tireurs ajustent leurs tirs plutôt sur les tranchées d’en face que contre leur propre camp, on ne verra plus l’ancien avocat d’affaires du laborantin Jacques Servier, la Légion d’honneur en goutte de sang à la boutonnière, venir nous prodiguer des conseils du type méthode Coué pour surmonter les problèmes économiques de la France dont il n’est en rien responsable (car c’est la faute unique à la « mondialisation » et à « la crise inouïe »).

C’est pourquoi la nationalisation du Fouquet’s, après l’élection capitale et la décapitation finale, serait déjà une mesure à haute portée symbolique.

L’entreprenant Dominique Desseigne pourrait ainsi mettre une… enseigne du genre Les Restos du cœur à la place de la sienne rendue célèbre par le présidentiel roitelet® fraîchement élu, quand il sortit de cet hôtel de luxe où il avait passé la nuit (après les agapes de la veille avec les patrons du CAC 40 et les grands chefs de la presse aux ordres), vêtu d’une simple veste et d’un jean avant d’embarquer pour une croisière bouillonnante sur le yacht de l’ami Bolloré.

Dans quelques mois, l’octroi pour Nicolas Sarkozy d’autres vacances (du pouvoir) ?

(Photo : Rotonde de La Villette, Paris, 19e, hier. Cliquer pour agrandir.)

(Carla Bruni, L’Amoureuse)

Publicités