Mots-clefs

, , ,

D’un rouge la zébrure imagée

dans l’instant silencieux

l’insulte devenue obsolète

mais pas moins pensée encore

griffe qui perle au doigt

sang de la couleur obsession du noir

qui l’aimante en sous-titre

alliance drapée dans les archives

ou souvenirs de manifestations

rouge qui bouge ne saurait mourir

la flaque demeure avec persistance

sur la rétine mobile

indice rémanent d’une estafilade imprévue

aux paupières rasées

barreaux séparés de l’échafaudage

sans ascenseur

le macadam se veut glissant

pas seulement par temps de pluie

la tête l’avait cogné

de manière toute involontaire

la soie de l’oriflamme servirait de linceul

la douceur de ses plis quadrille l’évanouissement

rouge que la gouge creuse

dans le sol assoiffé du mensonge

l’anorak se détache sur la neige

lors de vacances enfuies

les feux intiment aux carrefours

d’attendre la permission

pour avancer le petit livre brandi à la main

cela s’appelle l’orient

comme dans un film de Godard

et qui n’a jamais sauf en rêve eu lieu

(Photo : Paris, 18 février, rue de Lancry, 10e. Cliquer pour agrandir.)

Publicités