Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Lors de l’annonce officielle des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, hier soir à 20 heures, la progression du FN a pu faire peur hier soir à quelques électeurs (son score, annoncé par Ipsos sur France 2 hier soir : 20 %, avant de redescendre à 18 %), mais les Français savent en définitive où se trouve leur intérêt et l’avenir du pays.

  (Photo : France 2 hier soir à 20 heures. Cliquer pour agrandir.)

Sauf incident de parcours de dernière minute (comme dirait le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy), le représentant le plus qualifié de la gauche – par sa hauteur de vue et son esprit volontaire de synthèse et de rassemblement – devrait l’emporter facilement alors : le « pédalo » dont François Hollande est le « capitaine », d’après le candidat Mélenchon (11,1 %), l’aura mené à bon port, sans même l’aide du moteur qui, paraît-il, lui manquait, d’après le candidat Cheminade (0,2 % pour sa coquille de noix martienne).

Que feront les électeurs de la fille Le Pen et ceux de Bayrou ? Le Président-sortant a déjà embouché ses appeaux et lancé ses appâts vers l’extrême droite.

(France 2, quelques secondes plus tard. Cliquer pour agrandir.

Mais ce soleil et ces ombres, ce calme parfait hier matin : j’aimerais que le 6 mai le décor du collège Louise-Michel demeure inchangé, avec les mêmes personnages, et que seul le résultat, lors du deuxième tour de l’élection présidentielle, soit modifié, avec une participation encore plus nombreuse.

L’écart d’ores et déjà projeté par les instituts de sondage entre les deux candidats (54 % pour Hollande contre 46 % pour Sarkozy, toujours selon Ipsos hier soir) viendrait alors, en cette circonstance, parfaitement prolonger la tranquillité apparente de l’autre dimanche.

(Photo : bureau de vote le 22 avril, Paris, Xe. Cliquer pour agrandir.)

(Charlie Parker, Confirmation)

Publicités