Étiquettes

, , , , , ,

J’ai laissé passer le semi-remorque (il y a un grand carrefour et des feux rouges peu avant d’arriver à la bifurcation près d’Antony) et j’ai pensé à tout autre chose, au premier livre que j’ai lu de Philippe Sollers : Une curieuse solitude, je l’ai toujours en livre de poche, ainsi qu’un certain nombre d’autres ouvrages de lui.

Un que j’aime bien aussi, avec son titre qui s’imposait : Lacan même (postface de Jacques-Alain Miller), Navarin éditeur, mars 2005.

Je l’ouvre à la page 45 : « Joyce, vous vous en souvenez, a dit qu’il avait l’intention de donner du travail aux universitaires et aux critiques pendant trois siècles. Voilà un beau défi à l’évaluation. »

Salut à Guillaume Vissac !

Au fait, comme chacun sait, Philippe Sollers s’appelle de son vrai nom Philippe Joyaux.

(Photo prise hier à 13h.59. Cliquer pour agrandir.)

(Mozart, Ouverture du Mariage de Figaro)

Publicités