Étiquettes

, , , , , , , , ,

Outre la dissidence locale de quelques égaré(e)s au PS incapables de suivre la stratégie décidée par les instances dirigeantes – voir le énième article fielleux de l’indécrottable Françoise Fressoz dans Le Monde – on parle surtout ce matin de la fumeuse et délétère « liste noire » lue hier publiquement par la fille Le Pen (tête de proue du bric-à-brac baptisé « Rassemblement bleu marine »).

Mais l’expression « liste brune » serait plus adéquate en l’occurrence, question couleur et procédé. Même l’encore président (UMP) de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, s’en est apparemment ému.

Cette déclaration de la cheftaine du FN m’a fait penser à une photo que j’ai prise il y a quelques jours depuis le pont qui enjambe les voies ferrées de la gare Saint-Lazare, à Paris. Soudain, j’avais trouvé une certaine ressemblance, comme menaçante, entre cet aperçu et des souvenirs d’images historiques, fixes ou mobiles, concernant la seconde guerre mondiale.

Même si le temps n’était, ce jour-là, ni à la nuit ni au brouillard (cf. la théorie de droite du « ni-ni »).

(Photo  : Paris, 6 juin, à côté du métro Rome, 8e. Cliquer pour agrandir.)

(Louis Armstrong, St. James Infirmary)

Advertisements