Étiquettes

, , , , , , ,

Je reviens sur la Fête de la musique, déjà enfuie, car je n’ai pas publié, ou presque, les photos prises ce soir-là, non pas celles d’orchestres amateurs qui privilégient, dans la rue, le bruit à l’harmonie et le battement forcené au rythme cadré, mais des vues alentours : en voici deux.

« Le jazz, c’est comme les bananes, ça se consomme sur place », a écrit Jean-Paul Sartre : sans doute pensait-il aux caves et aux clubs enfumés où la musique possède alors tellement de force qu’elle peut faire justement – quand la note est juste – tomber les murs (trompettes de Jéricho, de Clifford Brown, de Miles Davis, de Wynton Marsalis…).

(Paris, 21 juin : près du «104 » et rotonde de la Villette. Cliquer pour agrandir.)

(Art Farmer, Gentle Eyes)

Publicités