Étiquettes

, , , , ,

Aujourd’hui (lundi 27 août…), le programme est assez chargé : dans l’ordre, le Musée Pergamon, Check Point Charlie, et le Musée juif.

Au Pergamon, nous devons donc payer une fois supplémentaire (il fait jour), les salles sont immenses, on se dirige alors vers les lieux monumentaux célèbres : la porte d’Ishtar de Babylone et ses merveilleux animaux sur fond de briques bleues ou vertes, et celle de l’agora de Milet.

Comme la résidence d’Angela Merkel, juste en face du musée, jouxte le Pergamon Keller, nous testons, après la visite, ce petit restaurant sympa auquel on accède en descendant quelques marches – j’imagine la chancelière venir ici, de temps à autre, boire une bière nationale – et qui sert des plats roboratifs (une Kartoffel gigantesque, par exemple, avec de la crème fraîche).

Puis, tram et marche à pied jusqu’à Check Point Charlie, lieu touristique où un soldat américain (sans doute un figurant allemand) se fait prendre en photo par les badauds en se cachant parfois derrière la bannière étoilée. Des pans du mur sont conservés dans un petit musée, pour partie en plein air, juste avant celui qui se trouve après la « frontière » qui va vers l’Ouest, et les bricoles-souvenirs de toutes sortes et cartes postales (avec pour chacune un mini-morceau de « Mauer » inséré sous blister) s’étalent à foison dans les boutiques alentour.

Dans l’après-midi, nous porterons nos pas jusqu’au Musée juif, qui se distingue par son architecture (Daniel Liebeskind) métallique, moderne et étonnante en forme d’éclair (« Blitz ») et sa scénographie – notamment la sombre « tour de l’Holocauste » avec une échelle de secours située hors de toute tentative de fuite – impressionnante et volontairement oppressante physiquement. Au contraire de la partie « historique » dans l’ancien bâtiment axée sur une pédagogie chronologique assez lourde.

Le soir, nous parcourrons le quartier très agréable et « cool » de Kreutzberg où d’imposantes et délicieuses « Flammküche » nous serons servies à la terrasse d’un restaurant situé à la sortie de la Marheineke Markthalle et donnant sur une petite place aux doux friselis aquatiques.

(Photo ci-dessus : cliquer pour une autre approche.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour changer d’angle.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour rétropédaler.)

(Photo c!-dessus : cliquer pour lire les instructions.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour mieux voir le bâtiment de Daniel Liebeskind.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour illustrer.)

(Photos : cliquer pour toutes les agrandir, sauf celles indiquées spécifiquement comme la dernière ici.)

Advertisements