Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

C’est quand même marrant, ces affiches d’ « information » qui tournent sur les vitrines des kiosques de presse (Decaux a remplacé Galilée), pour vendre leur soupe à la grimace de droite, pour taper chaque semaine sur le pouvoir en place – depuis le 10 mai 2012, il y a si longtemps… A quand le K.O. ?

(Photo prise à Paris le 20 septembre. Cliquer pour agrandir.)

Examinons-les un peu, ces deux hebdos : L’Express et Le Point, chacun son nom en blanc étalé sur fond rouge avec un titre en jaune (couleur corrida) et des conseils avisés : « M. le président, voilà ce qu’il faut faire… », c’est le barbier à l’écharpe rouge, même en pleine canicule, qui parle, et des interrogations : « Qu’est-ce qui cloche ? », là c’est FOG, le météorologue politique qui lance la question.

C’est rigolo, car hier un sondage opportun de l’IFOP commandé par le JDD indique que nos dirigeants politiques voient leur « cote de popularité » tomber dans des abysses… insondables et frôler les abymes de la catastrophe irrémédiable !

Alerte ! Le pouvoir socialiste se noie ! Les femmes et les enfants d’abord ! Larguez les canots de sauvetage !  Iceberg à bâbord !

Toutes les mesures prises depuis que la gauche est au pouvoir sont passées sous silence. Ce qui compte, c’est une vague impression récoltée auprès de quidams qui sont à cent lieues de connaître la situation politique et économique réelle du pays : mais, c’est génial, ça, coco, un sondage qui entend démontrer – comme l’a écrit Le Monde du 20 septembre dernier, dans un article « people » inénarrable signé Raphaëlle Bacqué et Françoise Fressoz – que Nicolas Sarkozy demeure « si loin, si proche » (Plantu est aux anges).

La droite n’a donc pas lâché le morceau avec l’appui indéfectible, quand il le faut, de l’extrême droite  : les médias sont à sa botte, Philippe Val est toujours directeur de France Inter (et ami de celui qui l’a fait adjudant), le rouleau compresseur de l’idéologie libérale dominante possède encore des réserves de carburant.

On en vient même à espérer que bientôt les ressources énergétiques se tariront rapidement : les girouettes reprendront alors sans doute le combat.

(Capture d’écran du JDD d’hier.  Le tag a été rajouté.)

Advertisements