Mots-clefs

, , , , , ,

Le 8 octobre à 14 heures 30 j’ai garé ma voiture sur ce parking, je suis allé avaler chez Quick un hamburger je ne sais plus trop quoi (Cheese, en fait) avec « une frite » et un jus d’orange + un café à aller chercher ensuite en présentant le ticket de caisse sur lequel il était inscrit à l’avance.

Il y avait forcément peu de monde, la serveuse était sympa, elle m’a apporté le Quick à ma table, alors que j’avais déjà attaqué les frites, meilleures et plus grosses qu’au McDo’, si j’en crois mes souvenirs de père à l’époque où ils voulaient parfois aller, au coin de la rue du Faubourg-du-Temple, à cause des « cadeaux » rigolos en plastique ?

Dehors, il pleuvait toujours, j’ai photographié cet endroit une fois le « repas » terminé, j’aimais l’égrènement des gouttes sur la vitre de droite, j’avais laissé libre l’emplacement à côté (« Si tu prends ma place, prends mon handicap ! », quelque chose comme ça, lourde menace) et je me disais qu’un effet de profondeur de champ pourrait rendre cette impression d’enfermement temporaire, de petit bruit rythmé des gouttes sur le toit transparent de la Scenic, de bâtiments quelconques, de concurrence locale – Hippopotamus, la viande latine, légions non végétariennes, je pense immanquablement à l’hypothalamus ! – avec seulement une demi-douzaine de personnes plutôt tristes et déboussolées, de la mangeaille sur le pouce ou sur tous les doigts de la main (la mayonnaise a dégouliné un peu), de gris généralisé, en attendant de remettre le contact et d’aller là où l’on m’attendrait et où je stationnerais à nouveau en écoutant, il sera juste 15 heures, Daniel Mermet sur France Inter et son Là-bas si j’y suis.

La pluie est salvatrice, quand on est à l’abri. Elle aide aussi à la digestion.

Quick time, pas seulement sur le Mac.

(Photo : cliquer pour augmenter la portion.)

(Cyndi Lauper, Time After Time)

Publicités