Le tiers livre et Scriptopolis sont à l’initiative d’un projet de « vases communicants » : le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Circulation horizontale pour produire des liens autrement…  Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. La liste complète des participants est établie grâce à Brigitte Célérier.
Aujourd’hui, j’ai le grand plaisir d’accueillir ici Catherine Désormière, tandis qu’elle me reçoit sur son blog Qui Parle ?

Sur le cahier de brouillon, elle avait commencé sa rédaction. La maîtresse, assise derrière son bureau jetait de temps en temps, alentour, un regard absent puis replongeait vite dans les corrections de la dictée du matin. Le silence ou presque. Quelques soupirs, quelques grincements de chaise, le bruit menu d’un taille-crayon.

La petite fille avait écrit une demi-page et s’était interrompue. Elle griffonnait maintenant une sorte de tourbillon dans la marge, lequel loin de risquer de s’étaler sur la page, semblait se concentrer vers son centre jusqu’à presque crever le papier. Elle n’aimait pas ce qu’elle avait déjà écrit. Elle avait changé d’avis. Ce qu’elle avait voulu raconter risquait d’être mal interprété. C’était une enfant mais elle savait déjà que certaines choses sont mal comprises par les adultes, ils s’en emparent à vos dépens. Il ne lui restait qu’à faire disparaître ce début de récit. Elle avait déjà l’idée d’une autre histoire qui conviendrait mieux à l’attente et la satisfaction des grands…

La maîtresse s’était immobilisée et regardait fixement la petite fille, qui de la main gauche tenait fermement son cahier et de l’autre gommait son travail à petits coups.  Descendue de l’estrade, elle était déjà toute proche du bureau de l’écolière, quand le dernier mot disparut sur la feuille à peine froissée et un peu grise.

Sévère, tel un censeur découvrant un acte indécent, elle dit : « Qu’est-ce que tu fais ? »

– J’efface, Madame.

– Pourquoi ?

– Je m’étais trompée et je vais recommencer.

– Mais pourquoi tu as gommé ?  C’est très sale. Je vous ai appris à barrer proprement en diagonale. Pourquoi tu n’obéis pas ?

– … Je voulais économiser le papier, Madame. »

Et la maîtresse l’a regardée avec un infini mépris : « Avare. »

Texte et photo : Catherine Désormière

Publicités