Étiquettes

, , ,

Il existe des promenades extérieures et intérieures : le MuMa est enfin ouvert (l’entrée ne coûte que 5 €) et nous pourrons parcourir Le rêve du navigateur de Riera i Aragó ainsi qu’une partie des tableaux impressionnistes, car certains d’entre-eux viennent justement de partir, nous dit l’hôtesse de l’accueil, à Paris pour le musée du Luxembourg.

Par effet de symbiose, l’univers poétique (sculptures diverses et sans avaries, dessins, grande toile hémisphérique en regard d’une figure de proue de bateau…) de Riera i Aragó se loge et se meut au sein du bâtiment de verre, posé lui-même comme un navire (puisqu’il faut franchir une sorte de pont-levis posé sur le bassin extérieur) en face du sémaphore tourné vers le grand large.

Les fantaisies du Catalan – une vidéo est projetée dans une petite salle pour les visiteurs attentifs – s’en donnent à cœur joie et la valse rapide des sous-marins, barques, zeppelins, avions, toutes machines roulantes, volantes ou nageantes issues d’une imagination fertile et non futile, sonne comme une symphonie des jouets modernes, ceux qui traversent l’esprit et renversent le temps.

Cette exposition a commencé le 20 octobre et se terminera (en beauté) le 20 janvier 2013.

(Photo ci-dessus : cliquer pour changer d’horizon.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour rapprochement.)

(Photo ci-dessus : cliquer pour examen.)

(Photos : clic ou coup de pouce pour toutes sauf mentions différentes.)

(Led Zeppelin, The Ocean)

(☛ à suivre)

Publicités