Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Il fait sa rotation vers un peu partout, dès le soir, que ce soit derrière la vitre du studio 20 heures de TF1 ou au bord du périphérique, de l’avenue Parmentier ou, ici, sur la place du Panthéon.

Grand nyctalope (NTM aurait pu en faire son logo), il tourne, à la nuit tombée, et éclaire le moindre recoin de la capitale. Comme si son centre était une île (de la Cité) et qu’un veilleur spécialement rémunéré se trouvait quotidiennement aux commandes.

L’œil unique – il lui manque une caméra de vidéosurveillance intégrée – roule dans son orbite et manifeste ainsi une présence tutélaire sur la population. L’observation clinique de Michel Foucault dans Surveiller et punir, sur le modèle panoptique (Bentham) des prisons, s’en trouve presque confortée : mais qui a dit que nous ne serions pas libres, même aux heures sombres du jour ?

Bientôt, peut-être, et par mesure d’économie, on éteindra la lumière de la tour Eiffel comme celle des lampadaires le long des autoroutes : après tout, le noir nous va si bien.

Et puis il restera toujours Blue Velvet, le film (1986) de David Lynch, avec la sublime Isabella Rossellini.

(Photos : autour de 18 heures 20.  Cliquer pour agrandir.)

Publicités