Mots-clefs

, , ,

« Ainsi, c’est le vêtu qui est sous le nu, et qui le produit, qui l’excrète, comme l’effet de sa sécrétion. C’est la répétition secrète qui s’entoure d’une répétition mécanique et nue, comme d’une dernière barrière qui marque ici ou là le bord extrême des différences qu’elle fait communiquer dans un système mobile.  Et toujours, c’est dans un même mouvement que la répétition comprend la différence (non pas comme une variante accidentelle et extrinsèque, mais comme son cœur, comme la variante essentielle qui la compose, le déplacement et le déguisement qui la constituent pour une différence elle-même divergente et déplacée), et qu’elle doit recevoir un principe positif dont résulte la répétition matérielle indifférente (peau vidée du serpent, enveloppe vidée de ce qu’elle implique, épiderme qui ne vit et ne meurt que par son âme ou son contenu latents)»

Gilles Deleuze, Différence et répétition (Presses universitaires de France, 1968, 12e édition février 2011, page 370).

Certaines photos ne pourraient être que l’occasion de faire venir la musique qu’elles suscitent, le geste de photographier relèverait ainsi d’une très courte harmonie de l’instant prolongée par la suite.

Photographer1_DHPhotographer2_DH(photos : Paris, quai d’Orsay, hier, 09:02. Cliquer ou bouger pour élargir.)

Photographer3_DHPhotographer4_DH(Photos : Paris, place du Châtelet, hier, 12:27. Agrandir se peut.)

(Philip Glass, The Photographer, Act II)

Publicités