Mots-clefs

, , , , , , ,

Le 2 mai 2012, La Hune avait pris la mer pour un autre port, certes pas très loin du 180 boulevard Sain-Germain, et Louis Vuitton, pour se dédouaner sans doute d’avoir succédé à cette librairie prestigieuse et historique, a lancé au même endroit, après sa « papeterie chic et éphémère », un « cabinet d’écriture » (peut-être pour enseigner à ses clients comment éviter également les « cuirs »).

Vuitton1_DHAinsi, La Hune s’est-elle installée à la place de l’ancien Divan (librairie qui fut transformée, d’un coup de baguette modique, en une boutique Dior) et Vuitton a pu se lancer, la main dans le sac, sur les vagues « littéraires » et numériques.

Vuitton2_DHLors du 1er mai, il était donc logique qu’un éventaire de muguet (deux euros le brin, quand même) stationne tout prêt : juste à côté des Deux Magots qui semblent avoir gardé un faux air existentialiste.

Vuitton3_DH(Photos : cliquer ou bouger pour respirer les bouquets.)

(Boris Vian et Claude Luter, Que reste-t-il de nos amours ?)

[dedicated to Liliane Langellier]

Publicités