Étiquettes

, , , , , , ,

Sculptures en plein air, en plein vent, comme déposées délicatement car venues d’ailleurs (malgré leur poids) : beau jardin du musée Bourdelle qui nous renvoie à son environnement, au monolithe noir à la Kubrick qui le surplombe, personnages hiératiques mais aussi familiers d’un temps « romain » dissimulé dans nos « humanités » latines, version imposante des guerriers ou guerrières avec d’immenses lames entre les mains…

Antoine Bourdelle a réussi à sculpter comme une certaine musique (son hommage à Claude Debussy était à sa portée, pas très loin de sa maison natale, captée dimanche dernier), celle des apparences enfin fixées mieux qu’avec le simple révélateur photographique, alchimie de la matière brute défiant le temps pour notre plaisir ce jour-là, au soleil.

Bourdelle33_DHBourdelle34_DH(L’atelier.)

Bourdelle35_DH(Cette photo ne sera pas postée sur Facebook, auquel je ne suis pas abonné.)

Bourdelle36_DH(Au-delà de l’image ci-dessus, une autre peut apparaître.) Bourdelle37_DHBourdelle38_DH(Photo ici : suivre le déplacement en cliquant.)

Bourdelle39_DH(« Projet de monument à Claude Debussy », 1907.)

Bourdelle40_DH(Rodin, 1909. La photo ci-dessus accepte l’imprévu.)

Bourdelle41_DH(Le Fruit, 1906. Vue d’ensemble en bougeant l’image.)

Bourdelle42_DH(Toutes les photos peuvent être agrandies avec le burin du doigt ou de la souris.)

(Claude Debussy, Prélude à l’après-midi d’un faune.)

[ Fin ]