Mots-clefs

, , , , , , , ,

Passerelle et arbres_DH(Photo : cliquer pour agrandir.)

L’escalier escalade les arbres, il conduit à eux comme dans une forêt magique. Tu es au bord du mur, cela te permet de regarder (et non de surveiller) les allées et venues de ceux qui grimpent les marches puis les redescendent et changent ainsi de perspective par degrés.

Vous formez un joli couple, toi avec ton rire masqué à moitié et lui avec son casque de chantier, comme s’il devait se protéger de ton humour léger. Vos gestes sont parallèles et superposables.

Si tu fermes les yeux, c’est uniquement dû à l’instant photographique : on aurait pu les voir dans leur couleur naturelle (devinée puisqu’il s’agit de noir et blanc) mais tes paupières sauvegardent le mystère.

C’est bien que tu côtoies ainsi un travailleur : il en a fallu beaucoup pour toutes ces constructions le long, autour ou même par-dessus le canal de l’Ourcq.

Ton visage est beau, le sien aussi. Il est à souhaiter que le soleil vous garde encore des jours et des jours sur la surface éphémère en papier – si, bien entendu, le ciel demeure sans nuages.

Qui peut dire totalement ce que la pluie lave à grande eau ?

(Erik Satie, Gnossienne N° 1)

[ FIN ]

Publicités