Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Dans une séquence du film fort et audacieux La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche, vu vendredi soir au MK2 Bastille – durée : trois heures, mais qui passent comme une lettre à la Poste, quand celle-ci fonctionne normalement – les deux personnages interprétés par Adèle (ce n’est pas un hasard) Exarchopoulos et Léa Seydoux visitent La Piscine, le musée « aquatique » de Roubaix.

Elles aiment les courbes et les rondeurs de ces statues de femmes nues : elle les caressent alors du regard, de la main, et leur poli sonne.

Hier matin, j’ai croisé trois mannequins dans une vitrine de la rue Alibert (10e) et j’ai repensé au livre de Max Ernst, La Femme 100 têtes (1929), ça collait.

(Précision : La Vie d’Adèle est un film chaudement recommandé par le duo avant-gardiste Christine Boutin & Frigid Barjot.)

vitrine Alibert_DH

(Photo : cliquer pour ouvrir.)